Green for three: la belle réponse aux clichés du golf

Partager

Comment faire venir les gens au golf ? Comment casser ces préjugés de sport de « vieux » « élitistes » « réservé aux hommes » ? Si personne n’a encore trouvé la réponse parfaite, les initiatives existent à tout niveau. Depuis celles de la FFGolf comme le « Pass Go for Golf » à celles des clubs en local avec les initiations découverte. Et puis dans un autre registre, celui du monde digital actuel, il y a les fameux influenceurs. Ou encore mieux, des influenceuses comme le nouveau compte Instagram « Green for Three« .

Elles sont trois. Marie 25 ans, golfeuse depuis 10 ans, Victoria, 24 ans qui a commencé le golf à 8 ans et Emma, 28 ans, qui, elle, a touché ses premiers clubs à 6 ans. Des parcours différents mais qui les ont toutes amenées à travailler dans le monde du golf : « ça nous a permis de nous rencontrer toutes les trois parce que c’est pas facile de rencontrer des femmes qui jouent » souligne Victoria. Parfaite illustration d’un chiffre du golf : les licences sont seulement à hauteur de 27% pour la population féminine en France, légèrement au-dessus de la moyenne européenne (25% en 2018).


Lecture complémentaire
La France : plus de golfeurs, moins de golfeuses mais souvent mieux que ses voisins européens


La réalité du parcours est aussi celle des réseaux sociaux quand il s’agit de trouver des comptes qui partagent la même passion : « quand on cherche des influenceurs dans le golf, des blogueurs, c’est ultra masculin et nous, on aimerait montrer qu’il n’y a pas que des hommes qui jouent au golf », explique Emma au sujet de la création de ce compte commun sur Instagram.

Le choix de ce réseau social a sonné comme une évidence pour ces trois jeunes femmes : « c’est celui auquel on se réfère le plus toutes les trois » raconte Victoria, « et dont on connaît bien les codes pour l’utiliser aussi dans le milieu professionnel » complète Emma.

Si l’envie de départ des filles de Green for Three est avant tout de se faire plaisir, de partager leur passion mais aussi de rester en contact, il existe bien le souhait de grandir et casser les quelques stéréotypes qui résistent encore : « bien sûr les temps changent, on va de plus en plus vers l’égalité hommes / femmes mais on trouve encore des hommes – les vieux de la vieille – qui ne veulent pas jouer avec des femmes, même si cela reste des exceptions » s’amuse Victoria.

« il faut encore prouver avant d’être vraiment prise au sérieux »

Chacune, avec un index à un chiffre, aime tordre aussi le cou à ce cliché des golfeuses qui ne tapent pas fort mais droit : « non, nous aussi comme les hommes, on va loin et on en met partout ! » clament-elles dans un rire complice. « Mais c’est vrai qu’il y a toujours cet aspect où il faut prouver avant d’être vraiment prise au sérieux » enchaine Marie.

Et puis il existe aussi ce sentiment que l’on ne s’adresse pas souvent à elles, tant au niveau de la communication de la Fédération, « hormis des journées ponctuelles », que des médias spécialisés : « à la télé, on tombe toujours sur du golf masculin » explique Victoria, « dans les magazinesj’ai rarement vu le swing décomposé de Céline Boutier » ajoute Emma. Même si, en passionnées qu’elles sont, elles s’intéressent à tous les tournois et ne sont pas exclusivement Girl Power : « on était ensemble pour regarder le Masters » précisent-elles.

Alors justement comment intéresser plus de femmes au golf ? Les remarques se concentrent sur l’absence d’égérie féminine, en espérant l’éclosion de Pauline Roussin-Bouchard, et le manque de communication des institutions dans les magazines et sites féminins, hors pages de pub. Et puis, malgré une activité qui véhicule l’image de « sport familial », il existe trop souvent ce côté chasse gardée des hommes qui utilisent le golf comme un échappatoire pour se retrouver seul, sans madame, avec les copains.

Avec Green for Three , Marie, Victoria et Emma aimeraient apporter leur pierre à l’édifice « montrer que c’est plaisant de jouer sur un golf, que c’est du sport aussi, et que cela peut être pratiqué par les jeunes femmes ». L’engouement est déjà au rendez-vous avec les premières centaines d’abonnements à leur compte Instagram, et aussi les vlogeurs masculins de la toile française qui leur ouvrent volontiers la porte pour filmer une partie ensemble.

En tout cas, les idées ne manquent pas pour développer leur visibilité, trois personnalités différentes qui créent entre elles une émulation permanente. Ajoutons-y leur parfaite connaissance du monde du golf pour y naviguer avec aisance dans leur quotidien professionnel. Autant d’atouts en faveur de Green for Three pour jouer un vrai rôle d’influenceur. Au sens premier du terme, celui d’un compte qui éveille la curiosité, anime la passion et suscite de nouvelles envies.

NEWSLETTER GRATUITE

LIRE AUSSI

GolfHER, la première communauté de femmes dans le golf

Le futur réseau GolfHER créé par Aude Bredel veut enclencher la transformation du paysage golfique en France pour donner plus de visibilité au golf féminin dans son ensemble.

Qondor lance Qustom, le golf à la demande

Qondor surfe sur la vague de la consommation à la demande "quand je veux, comme je veux" et propose Qustom une solution pour payer le nombre de trous joués

Nouvelle gouvernance de l’ADGF

Jean-Franck BUROU (RCF La Boulie) nommé Président de l’Association.

La Vaucouleurs Golf Club engagée dans la neutralité climatique

En rejoignant l'initiative Sports For Climate Action, La Vaucouleurs Golf Club est devenu le 1er golf européen à s'engager en faveur de la neutralité climatique.